Tous les chats sont gris, de Savina Dellicour

Note : 3/5 

Tous les chats sont gris est un joli film sur l’adolescence. Sa réalisatrice Savina Dellicour y raconte l’histoire de Dorothy, une jeune fille de quinze ans un peu paumée, à la recherche de son père biologique, et celle de Paul, un détective privé de retour dans la ville de sa jeunesse cherchant à revoir sa fille qu’il a laissée bébé. 

© O'Brother - Tarantula

© O’Brother – Tarantula

Ce n’est pas vous gâcher le film que de révéler que Paul et Dorothy cherchent chacun l’autre. Paul sait que Dorothy est sa fille mais elle l’ignore et lui demande de l’aider à retrouver son père. La mère de Dorothy ayant interdit à Paul de se présenter à sa fille, c’est donc Dorothy qui vient vers lui. 

Une relation ambiguë naît alors de leurs entrevues à travers leurs non-dits, chacun protégeant son petit secret. Une relation également très touchante qui est la réussite du film. Paul est immédiatement très attentionné envers elle sans vouloir trop en faire. Il essaie de connaître sa fille, il rencontre sa meilleure amie, l’invite à se confier sur ses relations avec ses parents… Il profite de ces moments seul avec elle pour échanger des bribes de leur vie. 

Pour Dorothy, ces heures passées avec cet inconnu sont une manière de se retrouver. Elle n’est pas dans la représentation comme elle l’est avec ses amis, ni dans le rôle d’adolescente modèle que lui demandent ses parents, elle retrouve son naturel. Ces différentes figures de la jeune fille sont très bien rendues par l’utilisation des costumes. Chez ses grands parents bourgeois elle porte des robes claires de petite fille, à la maison elle s’habille sobrement sans maquillage ni bijou, mais quand elle sort avec sa meilleure amie elles se changent pour des vêtements punk et se maquillent à l’excès. Avec Paul, Dorothy est un mix, ni fillette ni provocante mais elle s’autorise plus de personnalité qu’avec ses parents. Cette adolescente est le véritable rôle principal du film et permet à la réalisatrice de tracer un portrait fidèle de l’adolescence, très justement joué par la jeune comédienne. 

Dans sa quête de vérité sur son géniteur, l’adolescente met de côté le superflu et passe ainsi avec Paul des moments simples et vrais, sans fioriture ni grands discours. Ils trouvent notamment une complicité à travers leur goût pour la musique rock que Savina Dellicour parsème tout au long de son film. 

Malheureusement le film perd nettement de rythme et de profondeur quand nous quittons ce duo pour le cadre familial de Dorothy. Nous laissons alors le réalisme tendre de l’univers de l’adolescente pour un univers très classique et désincarné. Si la réalisatrice comptait ainsi en marquer le décalage cela est réussi, mais nous regrettons les dommages causés à la mise en scène de cette famille.

Si la mère de Dorothy occupe une place importante dans le récit, son père et sa sœur sont relayés au titre de figurants dans son histoire familiale. Alors qu’elle doute que son père soit son géniteur, elle n’aborde jamais ce sujet avec lui qui semble donc indifférent pour elle. Cette problématique est confinée aux souvenirs vagues et honteux de sa mère et d’autres témoins de la soirée d’ivresse pendant laquelle Dorothy fut conçue, présentée en flash backs poussifs. Ces changements de point de vue destinés à assurer une bonne compréhension de cette soirée au spectateur sont trop présents et rarement nécessaires. Ils alourdissent donc inutilement le récit et proposent un troisième style de mise en scène de l’excès et de la fête qui dénote avec la sobriété appréciée du film dans son ensemble. 

© O'Brother - Tarantula

© O’Brother – Tarantula

Si la mise en scène est parfois un peu faible, nous retiendrons de ce premier film un portrait sensible et touchant doublé de bons comédiens, Bouli Lanners (Paul) et Manon Capelle (Dorothy). 

Voilà déjà de quoi nous plaire et garder un œil sur cette nouvelle réalisatrice.

Marianne Knecht

Film en salles en Belgique depuis le 29 avril 2015

Pas de sortie française prévue pour le moment.

Publicités
Tagged with: , , , , ,
Publié dans Avril 2015, À L'AFFICHE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivez-nous sur Twitter
Archives
Paperblog
%d blogueurs aiment cette page :