Le Paradis, d’Alain Cavalier

Note : 4/5 

Le cinéma d’Alain Cavalier est décidément sans pareil. Il fait partie de ces rares cinéastes qui se risquent à dire beaucoup avec peu. Voilà bien ce qui impressionne dans ce Paradis : la simplicité de ses effets et la force de leur mise en récit.

© Pathé Distribution

© Pathé Distribution

Le film dérive avec poésie et délicatesse de la Bible à l’Odyssée, en passant par la mort d’un paon, des anecdotes de jeunesse et autres histoires.

Tous ces récits, du plus  »noble » au plus  »petit », trouvent avec Cavalier un traitement inédit, fort de sa simplicité et de son humour. Le cinéaste rejoue ainsi les grands épisodes du retour d’Ulysse à Ithaque avec… des figurines. Ulysse est un petit robot en ferraille ; Athéna une statue de chouette (évidemment). C’est très drôle – d’autant plus que Cavalier, qui double ses personnages en voix off, ajoute au récit des pointes d’humour – et c’est très beau : on est surpris par la qualité (cadrage, lumière) des plans numériques composés par Cavalier.

Cavalier procède par collage : images d’archives, entretiens, séquences de reconstitution composent son Paradis. Le film ne se veut pas purement formel : Cavalier aborde des thématiques aussi diverses que l’héritage, le rôle de l’éducation, les grands textes fondateurs.

Revenant sur ce qu’il appelle ses « deux mini dépressions de bonheur » dans le texte qui accompagne la sortie du film – et en partage les qualités poétiques –, Cavalier traite avec délicatesse de ces petits moments simples touchés par une grâce désacralisée, l’ostie et le rollmops provoquant la même délectation.

Réflexion sur le temps aussi, Le Paradis est bien une « parade » qui cherche à « deviner dans l’hiver les signes du printemps ». Les animaux, la nature, les hommes et les histoires qu’ils se racontent : autant de raisons de croire que nous vivons encore dans un  »paradis ». Il suffit d’être « serein » pour ainsi « croire en une certaine beauté de la vie ».

© Pathé Distribution

© Pathé Distribution

Le film est presque trop court (soixante-dix minutes) tant « tout est bien ». Ce n’est certainement pas le plus abouti de Cavalier, mais c’est peut-être l’un des plus heureux, tout simplement. Et la forme  »amateur » et autobiographique, chère à Cavalier, recèle d’une force jeune qu’il est rare de voir en salles.

L’audace de Cavalier est encore là, lui qui se permet de filmer l’une des scènes de sexe les plus torrides qu’on ait vues depuis longtemps avec un robot en ferraille et une oie en plastique.

Alice Letoulat

Film en salles le 8 octobre 2014.

Publicités
Tagged with: , , ,
Publié dans À L'AFFICHE, Octobre 2014
3 comments on “Le Paradis, d’Alain Cavalier
  1. Nikole dit :

    A quoi sert de laisser un commentaire, s’ils n’apparaissent pas ici, que vous êtres seul à le lire ? Je dis ça parce que j’en avais laissé un, de « commentaire », sur ce film. Merci de me répondre.

    • Bonjour,
      J’ai bien validé votre commentaire, mais il était écrit sur la page « nous contacter » et non sur celle de l’article. Pour plus de visibilité, je vous invite à le recopier sous l’article.

  2. Nikole dit :

    Ah, merci ! Mais je ne l’ai pas sauvegardé ! Pourriez-vous le transférer ? Sinon, c’est perdu. Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivez-nous sur Twitter
Archives
Paperblog
%d blogueurs aiment cette page :