Les Garçons et Guillaume, à table !, de Guillaume Gallienne

Note : 2,5/5

Guillaume Gallienne fait sensation depuis la sortie en salle de son premier long métrage, l’adaptation de sa pièce autobiographique du même nom. 

Guillaume est un adolescent travaillé par le développement de sa personnalité. Jusque là un ado qui se cherche, rien de plus normal. Sauf quand sa famille est persuadée de l’avoir trouvé avant lui. En effet, l’admiration sans bornes que Guillaume éprouve pour sa mère l’entraîne à l’imiter au quotidien, si bien qu’il adopte les manières et l’attitude d’une fille. Aux yeux de tous, il est homosexuel. Sa réalité est plus complexe.

Crédit Photos : Gaumont

Crédit Photos : Gaumont

Guillaume Gallienne est un novice du cinéma, son domaine de prédilection est le théâtre (il est sociétaire de La Comédie Française) alors c’est naturellement que son film joue de la mise en scène théâtrale. Il conserve la scène de théâtre comme pour rappeler la première nature de son œuvre, et pour justifier sa voix off quasi omniprésente. Ce théâtre est sans spectateurs (ils ne se découvrent qu’à la fin du film), son récit est presque pour lui-même ou comme un souvenir de ses monologues chez les psychologues. En réalité, cet outil scénaristique offre un accès facile et logique à la subjectivité du film. Ce dernier nous permet à son tour d’accepter immédiatement le double jeu du comédien. Guillaume Gallienne interprète son personnage enfant ainsi que sa mère. 

Le concept des adultes jouant des rôles d’adolescents nous avait déjà séduit par sa légèreté dans Camille Redouble de Noémie Lvovsky et l’effet est payant à nouveau dans Les Garçons et Guillaume, à table !, d’autant qu’il est justifié par le récit autobiographique. Guillaume enfant jouait à être sa mère, Guillaume adulte joue jusqu’au parfait travestissement. 

Nous suivons donc le Guillaume ado depuis les yeux de Guillaume adulte (au théâtre) et traversons ses années ingrates jusqu’à la compréhension de sa sexualité/personnalité. Le public rit de sa maladresse et de ses péripéties, pourtant le film ne cherchait pas à être comique. Guillaume Gallienne cherchait simplement à exposer son cheminement personnel à travers la société et sa famille, et le résultat produit en effet certaines scènes plutôt cocasses.

Le résultat final laisse cependant plutôt sceptique. Les apparitions de la mère de Guillaume dans ses moments de solitude sont agréables et apportent toute la dérision du double jeu du comédien. Le personnage de Guillaume est attachant. Pourtant on retient la sensation d’un traitement en surface du propos. Ou un doute sur le propos même. Le film ne parle pas vraiment d’homo ou d’hétérosexualité, ni de conflits familiaux. Le vrai sujet du film est Guillaume Gallienne. C’est peut être là que réside le problème : nous ne sommes pas Guillaume Gallienne. Et malgré l’heure et demie passée dans son cerveau, il nous reste du film un obscur sentiment d’incompréhension.  

Marianne Knecht

Sortie cinéma le 20 Novembre 2013

Publicités
Tagged with: , , ,
Publié dans À L'AFFICHE, Novembre 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivez-nous sur Twitter
Archives
Paperblog
%d blogueurs aiment cette page :